Grappers a mené l’Enquête sur les VSL ! Découvrez tout de suite l’avis des protagonistes du Champagne dans notre Grand Entretien
1-2-3-moutons

1, 2, 3… moutons !

15 févr. 2021 • 2 mins
user_profile_image_338
Team Grappers

Il est venu le temps… de l’éco-pâturage !

Mais qu’est-ce que l’éco-pâturage ? Parlons peu, parlons mouton : si vous vous baladez dans les vignes champenoises, vous pourriez bien croiser le chemin de nos amis à laine. Ne soyez pas inquiet, ces gentilles bêtes ne se sont pas échappées, et sont là pour une bonne raison : pâturer.

OVICEP, une bêêêle histoire verte 

Nouvelle pratique de désherbage, les vignerons et Maisons de Champagne sont de plus en plus nombreux à faire appel à OVICEP, société champenoise d’éco-pâturage. Cette technique de viticulture répond aux préoccupations environnementales actuelles en permettant de limiter l’utilisation d’herbicides et le passage des tracteurs.

OVICEP a vu le jour en 2018, grâce à Louis Van Driessche, fils d’agriculteur et viticulteur. Lorsqu’il termine sa licence en viticulture environnement, Louis décide de partir en Australie. Cette excursion au pays des kangourous lui permet de découvrir de nouvelles pratiques agricoles, dont l’éco-pâturage. De retour en France, Louis Van Driessche décide d’acheter 70 agnelles, l’aventure peut alors commencer. Pour être le plus proche possible d’un maximum de vignerons et Maisons, OVICEP s’est installé entre Reims et Épernay.

Promenons-nous dans les vignes 

Les moutons sont de véritables gloutons, ils mangent de tout (hormis les chardons) et tout le temps ! Vous pouvez compter sur eux pour nettoyer les vignes de fond en comble. L’éco-pâturage, une technique au service du vigneron, et du mouton donc.

Petite mise en garde : les moutons sont facilement effrayés, si vous voulez continuer à boire du bon champagne, ne vous amusez pas à leur faire peur en criant ou en faisant des mouvements brusques, les moutons pourraient s’agiter et causer des dommages aux vignes.

OVICEP prend soin de ses moutons, ils les surveillent tous les jours, tout en vérifiant les clôtures (le petit plus : c’est OVICEP qui installe ces clôtures) et l’eau. Pour leur goûter, les moutons ont même le droit à un seau de grains, après s’être autant dépenser à monter les vignes pour brouter l’herbe, on comprend aisément qu’ils puissent avoir un petit creux.

L’éco-pâturage se pratique essentiellement en hiver, notamment pour des raisons techniques, hygiéniques et (mal)odorantes. En outre, les moutons préfèrent passer l’hiver au grand air, plutôt qu’enfermés dans les bergeries. Cela est dû à la laine et au suint, qui leur permettent de les isoler du froid et de l’humidité. Les moutons peuvent ainsi supporter des températures allant jusque dans les -15 degrés, on les envie !