a-la-decouverte-des-clos-champenois-3-3

À la découverte des Clos champenois (3/3)

25 août 2021 • 8 mins
user_profile_image_338
Team Grappers

Champagnes exclusifs ou secrets bien gardés, les cuvées issues de Clos champenois sont bien souvent synonymes de rareté ! Mais qu’est-ce qu’un clos ? C’est tout simplement une parcelle ceinte de murs ou de haies qu’un cavalier ne peut pas franchir avec sa monture (décret du 19 août 1921).

Pour un tour d’horizon ces Clos champenois, c’est par ici !

Le Clos du Mesnil, le Chardonnay sublimé

Clos mythique de la Maison Krug, le Clos du Mesnil mesure 1,84 hectare. La parcelle est close depuis 1698. Le Clos du Mesnil surplombe l’église de Mesnil-sur-Oger, village emblématique du Chardonnay. A l’origine, le Clos du Mesnil devait seulement assurer un approvisionnement régulier en vins de Chardonnay afin d’enrichir l’assemblage de Krug Grande Cuvée. Il en sera finalement autrement, les vins du Clos se distinguant à chaque dégustation.

Lorsque les frères Rémi et Henri Krug ont découvert ce clos, ils ont pu lire une inscription gravée dans la pierre stipulant « En l’année 1698, ce mur a été élevé par Claude Jannin et Pierre Dehée Moetoen et la même année la vigne a été plantée par Gaspard Jannin, fils de Claude ».

Le Clos Mandois, le clos « After Dinner »

Le Clos Mandois est une parcelle historique du Champagne éponyme. Vignoble de 1,5 hectare, le clos se dresse au cœur du domaine dans les bas de Pierry. Une partie des vignes, 100% Meunier, a été plantée en 1955 et appartient à la famille Mandois depuis 1963. Le Clos Mandois est né de la volonté de Claude Mandois de créer un champagne « After Dinner », un champagne qui peut se déguster et s’apprécier à la fin d’un repas comme un digestif.

La demeure familiale, nichée en plein cœur des vignes, est un ancien relais de poste qui date de Louis XIV.

Le Clos Bourmault, le havre de paix

Situé à Avize, le Clos Bourmault est installé derrière la maison familiale, propriété de Christian Bourmault. La parcelle, close de murs et de haies, est travaillée en bio et en biodynamie depuis 2 ans. Le clos, véritable havre de paix, est le porte-drapeau de la maison.

Tandis que le Clos Bourmault n’a que 20 ans, les arbres du parc, eux, sont largement centenaires.

Le Clos de l’Abbaye, le respect du sol

Implanté à Vertus – Premier Cru, le Clos de l’Abbaye est la propriété du Champagne Doyard. La parcelle d’un demi hectare se trouve derrière la Maison, entièrement plantée en Chardonnay et isolée par des murs. Sa situation et son sol très calcaire lui confèrent une très grande précocité. Pour un mode de conduite plus respectueux de l’environnement, tout apport de produit chimique est exclu et les sols sont travaillés au cheval.

Les vignes ont été plantées en 1956, mais sont exploitées en tant que clos depuis 2007 seulement.

Le Clos des Bouveries, la végétation en avance

Adossé au village de Vertus, le Clos des Bouveries est une parcelle historique de la famille Duval-Leroy. Le clos s’enracine à mi coteau avec une orientation plein Est, lui conférant ainsi des conditions exceptionnelles qui lui donnent un cycle végétatif des plus précoces.

La cuvée du Clos des Bouveries est née de la volonté de Carol Duval-Leroy d’offrir des champagnes particuliers, des champagnes du terroir champenois. Il s’agit ainsi d’un champagne mono-cépage (Chardonnay) et mono-parcellaire (le clos).

Le Clos des Belvals, l’esprit bourguignon

Le village de Vertus est décidément riche en clos puisque c’est ici que se trouve le Clos des Belvals. Dominique Person a acquis cette parcelle d’1,2 hectare en 2006. Elle est entièrement plantée en Chardonnay, et cultivée en biodynamie, comme le reste des vignes du Champagne Person.

La cuvée du Clos des Belvals est travaillée à la bourguignonne. Elle rappelle, par ses saveurs, les grands Chablis.

Le Clos des Maladries, l’importance du Chardonnay

Le Clos des Maladries est une petite parcelle de 15 ares située dans le village d’Avize. Les vignes, toutes de Chardonnay, ont été plantées dans les années 1970 par le grand-père d’Etienne. Les murs du clos et l’exposition plein Sud permettent de retenir la chaleur, favorisant ainsi la maturation des raisins. Voulant pratiquer une agriculture biologique, Etienne travaille le sol au cheval uniquement.

Le clos se nomme ainsi en référence aux « Maladries », hôpitaux du Moyen-Âge dans lesquels étaient gardés des patients contagieux. Un hôpital de ce genre se trouvait sur ce site il y a des centaines d’années.

Le Clos Jacquin, le respect de la tradition

Établi au cœur de la Côte des Blancs, à Avize, le Clos Jacquin se trouve en haut d’une colline exposée plein Est. Exclusivement plantée en Chardonnay, la parcelle donne naissance à des cuvées non millésimées. Les raisins sont récoltés à pleine maturité en fin de vendanges et pressés avec soin dans la pure tradition champenoise.

La cuvée du Clos Jacquin porte le nom d’un des lieux-dits d’Avize.

Le Clos Rocher, la concrétisation d’un rêve

Le Clos Rocher est la réalisation du rêve de Jean-Michel Gremillet, qui voulait créer son propre clos. C’est chose faite depuis 2012 ! Installé à quelques mètres des caves du Champagne Gremillet, le clos se situe sur le fameux territoire des Riceys. Le vignoble, d’une superficie de 1,40 hectare, est complétement planté en Pinot Noir. La parcelle est ceinte de murets et de fer forgé.

Attenant au Clos Rocher, vous trouverez « l’Arboretum des Vaucelles », un jardin botanique spécialisé qui abrite autant de conifères de diverses origines que de pays dans lesquels le Champagne Gremillet est consommé (soit 82).

Le Clos Sainte-Sophie, à l’origine d’un vignoble japonais

Pour le Clos Sainte-Sophie, direction l’Aube, Montgueux plus précisément. Cette parcelle de 0,4 hectare est entourée d’une haie vive. Le champagne qui en est issu est une cuvée de vieilles vignes de Chardonnay, plantées entre 1968 et 1975. Le « Clos Sainte Sophie » est vinifié en fûts de chêne de Bourgogne, du Jura et de Cognac.

En 1876 et 1877, deux apprentis japonais sont envoyés par le ministère nippon de l’agriculture au Clos Sainte Sophie. Ils repartent alors avec une centaine de plants qui servent à la constitution du premier vignoble japonais à Yamanashi, près du mont Fuji.

Le Clos du Château de Bligny, le clos aux cépages oubliés

Le Château de Bligny est niché au cœur de la Côte des Bar, dans l’Aube. Propriété de la Maison GH  Martel, c’est le seul Champagne à bénéficier de l’appellation « Château » en tant que récoltant-manipulant. Le clos de 80 ares, situé dans l’enceinte du château, est exposé plein Sud. La parcelle permet de produire une cuvée dans laquelle 6 cépages sont présents à parts égales : le Pinot Noir, le Meunier, le Chardonnay, l’Arbane, le Petit Meslier et le Pinot Blanc.

Le Château de Bligny a été construit en 1773 par le marquis de Dampierre, sur les fondations d’un château médiéval.