aurelien-laherte-les-pieds-dans-la-terre

Aurélien Laherte, « les pieds dans la terre »

7 mai 2021 • 2 mins
user_profile_image_3
Brand & Content manager

Nous sommes sur les Coteaux Sud d’Epernay, à Chavot-Courcourt (entre la Côte des Blancs et la Vallée de la Marne) pour découvrir le Champagne Laherte Frères. Nous rencontrons Aurélien Laherte, arrivé sur le domaine en 2005. Il représente la 7ème génération aux commandes, et cultive des parcelles qui appartiennent à sa famille depuis le 19ème siècle.

En parlant de parcelles, direction celle qui a été à l’origine de cette rencontre : la parcelle des 7 cépages. Peu de vignerons cultivent les cépages oubliés, et Aurélien fait partie d’entre eux.

Cette parcelle représente le conservatoire de la famille. Il faut savoir que 6 cépages étaient déjà présents au sein du vignoble Laherte. Une sélection massale (sélection de greffons des pieds de vignes pour replantation) a été réalisée dans un but de conservation de la qualité des plants. Ils y ont ajouté le Pinot Blanc pour constituer une parcelle complète, accueillant donc les 7 cépages autorisés dans le cahier des charges de l’AOC Champagne. Plantée en 2003, on trouve tous les pinots ensemble (pinot noir, meunier, pinot blanc et pinot gris), et l’arbane et le petit meslier sur une autre partie, de part leur croissance différente. 

Le petit meslier justement, a une place importante chez Aurélien Laherte. Cépage coup de cœur, Aurélien a planté une parcelle 100% petit meslier, et d’autres vont suivre cette lancée. L’idée, c’est de créer des cuvées pures, fraîches et onctueuses. A terme, Aurélien souhaite passer 10% du domaine en petit meslier… affaire à suivre ! PS : une cuvée 100% petit meslier sort pour l’été.

Aurélien Laherte accorde une réelle importance aux lieux, à la mise en valeur du terroir. Il s’approprie chaque parcelle, suit son instinct, cultive selon le principe de la biodynamie, sans pour autant oublier le côté pragmatique. Le respect du vivant et de la terre sont sa ligne directrice. Selon cette philosophie, Aurélien souhaite s’aider du meilleur des « deux mondes ».

Et ces choix se retrouvent en cuverie et à la vinification.
Le rapport au bois est très important, il permet une grande maîtrise des ressentis. 80% des vins du domaine sont fermentés et élevés sous bois. Fûts, foudres et cuves tronconiques permettent de vinifier séparément, de conserver et mettre en valeur les personnalités de chaque lieu dit et de laisser s’épanouir pleinement les vins. L’expression du terroir comme ligne de conduite, toujours. D’ailleurs, Aurélien parle de « terroir cuverie ». Les pierres, le bois… chaque élément a un rôle à jouer et donne à ces lieux une âme et un charme spécifiques.  

Aujourd’hui, et vous l’aurez compris, Aurélien souhaite allier la modernité et la technique aux gestes traditionnels pour créer des vins qui lui ressemble : purs, sincères et authentiques.