biodynamie-un-etat-d-esprit

Biodynamie : un état d'esprit

27 nov. 2020 • 3 mins

Entre Bio, Biodynamie, HVE, viticulture durable… il faut l’avouer, il est difficile de s’y retrouver entre toutes ces méthodes qui ont pour objectif de produire plus propre et plus sain.

Mais les différences sont importantes relevant d’une technicité parfois complexe. 

Le durable réduit certains produits en viticulture. Pour la Haute Valeur Environnementale cela est complété par une réduction des pratiques polluantes de façon plus globale. La HVE va aussi se fonder sur des indicateurs de résultats relatifs à la biodiversité, la gestion de la fertilisation et de l’irrigation.

Le bio quand à lui s’interdit tous les produits chimiques de synthèse dans les vignes. Il s’autorise les produits « naturels » comme le cuivre et le soufre et va réduire ou s’interdire l’usage de pas mal de produits en vinification.

Et la biodynamie alors ? 

Elle va suivre le même cahier des charges que le bio avec des restrictions plus drastiques encore. 

Au delà des pratiques de tous ces modes de production, il y a des philosophies différentes que l’on peut mettre en parallèle avec la médecine.

Au départ il y a l’agriculture conventionnelle versus la médecine allopathique. Cette agriculture s’autorise toutes les pratiques et tous les produits que ce soit en viticulture ou en vinification. Cette pratique vise à soigner le symptôme et non la cause à l’aide d’une médication sans mesure.  

Les pratiques durables peuvent être comparées à l’allopathie raisonnée. Le principe et de traiter l’organisme uniquement que si les symptômes observés peuvent s’avérer suffisamment graves. Le médecin va doser la médication selon la gravité de l’affection, mais aussi de l’âge et du poids du patient. Il en est de même en viticulture, sans s’interdire l’usage d’aucun produit.  

L’agriculture « bio» qui fait l’objet d’une certification et d’un label contrôlé par des organismes indépendants reste de l’allopathie mais sans aucun produit chimique de synthèse. Sur le principe on reste sur le principe du traitement des symptômes. 

La biodynamie est à associer, quant à elle, à la médecine chinoise. Son principe consiste à rééquilibrer l’organisme afin d’éviter les maladies. La biodynamie s’intéresse particulièrement au sol, elle utilise des composts dynamisés sur le principe de l’homéopathie. Cela s’apparente en médecine, à l'approche holistique qui consiste à prendre en compte la personne dans sa globalité, plutôt que traiter un organe, une maladie ou les symptômes d'une maladie.

Pour la plante il en est fait de même. Les biodynamistes considèrent la vigne dans un écosystème global veillant aux interactions entre le végétal, le minéral, l’animal et même l’environnement dans son ensemble intégrant par exemple l’influence de la lune. Ils ont les pieds sur terres et la tête dans les étoiles.