hotel-du-marc-l-art-de-recevoir

Hôtel du Marc, L'art de recevoir

11 sept. 2020 • 2 mins

L’évidence, l’Hôtel du Marc a pour synonyme chaleur subtile et partage en connivence, dans le respect des belles choses. La demeure, un hôtel particulier entouré de verdure, avec une pergola en son cœur – œuvre d’art signée des frères Campana, se trouve en plein centre de Reims, à deux pas de la cathédrale.

Conçu dans le plus pur classicisme architectural du XVIIIème siècle, ce fut à l’origine un simple terrain acquis par l’illustre veuve en 1822, aux fins d’y installer les caves de la maison. La grande dame cède celui-ci en 1840 à son associé allemand Edouard Werlé, qui y construit cette demeure d’une sobriété qui frôle l’épure, et en fait sa résidence. Il y vivra jusqu’à sa disparition en 1884.

C’est en 1907 que la société Veuve Clicquot acquiert la somptueuse demeure, devenue un symbole de l’art de vivre, pour y recevoir ses agents, clients et hôtes prestigieux dans des conditions optimales.

Devenue, au fil du temps et notamment ces dernières années, un véritable musée dédié à l’art moderne et contemporain, la demeure fait la part belle à la profusion d’œuvres inspirées par la marque orangée, comme cet étonnant baby-foot "carrossé" aux armes et aux tons de la maison de champagne.

Depuis 2011 et après quatre ans de travaux (pour un coût de 11 millions d’euros), l’Hôtel du Marc poursuit sa tradition d’accueil en offrant aux invités de marque de la maison Veuve Clicquot, des chambres personnalisées dont la décoration évoque le travail de la vigne ou bien le passage des saisons.

Ainsi en témoigne la rampe d’escalier signé par Pablo Reinoso, qui sinue et s’enroule comme « les vrilles de la vigne », comme l'aurait dit Colette, et s’achève par le fameux "banc spaghetti".

Il donne accès aux chambres, le long d’une galerie de portraits peints. Si la chambre Chevigné est résolument classique, la Ponsardin a des accents japonais et joue sur les tons de bruns reposants et zen.

Le salon de lecture accueille une autruche naturalisée, sellée, casquée et lunettée d’un cuir à l’incontournable couleur de la marque.

La fantaisie du design s’insinue jusqu’aux lustres en néon, d’inspiration Louis XV et flirte avec les armoires transparentes à flacons millésimés.

Le mobilier le plus classique s’encanaille ainsi dans chaque pièce, y compris dans les deux salles à manger, qui font office de restaurants privés, comme l’ensemble de la demeure.

L’audace est bluffante et ravit même les invités les plus blasés de la planète, qui passent un moment de grâce à l’Hôtel très particulier du Marc.