la-champagne-bien-commun-de-l-humanite

La Champagne, Bien Commun de l'Humanité

14 sept. 2020 • 4 mins

Portée par la dynamique association "Paysages du Champagne" que présidait le vigneron Pierre Cheval, décédé brutalement peu après l’annonce de l’inscription par l’UNESCO des coteaux, maisons et caves champenoises au Patrimoine Mondial de l’Humanité, la candidature champenoise avait rallié alors plus de 50 000 ambassadeurs déclarés. Preuve s’il en était de la mobilisation d’une région et de ses citoyens pour faire reconnaître la spécificité de ses paysages viticoles et la qualité de ses vins.

Oenotourisme
Balade au coeur de la Champagne
Lire l'article

Une telle reconnaissance mondiale a un impact direct sur la fréquentation touristique. En 2015, par comparaison avec les autres sites déjà inscrits au Patrimoine Mondial, Pierre Cheval estimait « l’augmentation prévisible sur l’ensemble de la zone de 20 à 30%. Mais ce que l’on souhaite avant tout, précisait-il, c’est un afflux de touristes de qualité qui cherchent à découvrir et à connaître, plutôt qu’un tourisme de masse. » Depuis, les idées bouillonnent.

Une opération collective appelée "Destination Champagne" est menée à l’initiative de l’État, du ministère et des professionnels du Tourisme, des élus locaux et professionnels de la filière… Tous travaillent au renforcement de l’offre. Car pour attirer un tourisme de qualité, la Champagne doit s’ouvrir davantage et montrer au public que l’effervescence si magique de ses vins, anime aussi ses maisons, ses musées, ses crayères, ses cités et ses animations.

Voici un avant-goût des sites exceptionnels qu’offre déjà la région. Le secteur de l’œnotourisme n’en est encore qu’à ses balbutiements. Et les projets à venir vont accroître encore un peu plus le pouvoir d’attraction d’une région dont les vins rayonnent dans le monde entier.

Les Coteaux

L’enherbement dans les vignes gagne le vignoble champenois, signe d’une viticulture plus respectueuse des sols et de la biodiversité. La viticulture biologique représente un peu plus de 16% de l’appellation. La viticulture durable se développe également. Bollinger est la première maison champenoise à avoir été certifiée HQE (Haute Qualité Environnementale), en 2014.

Avec ses coteaux peignés surplombés de petits bois, le vignoble de Vertus situé à 20 kms d’Épernay, campe l’un des paysages emblématiques de la Champagne. Ici et nulle part ailleurs, dans cette Côte des Blancs, la craie, d’origine marine, donne au chardonnay des flaveurs singulières de citron, de poire, d’herbes anisées et de poivre.

Les Maisons

Inauguré en 2008, le pétillant siège social de Piper-Heidsieck a été conçu par l’un des plus talentueux architectes français, Jacques Ferrier. Situé en plein cœur du vignoble, le bâtiment de verre et de métal, revêtu d’une résille dorée, sublime l’effervescence. Un style contemporain riche de sensualité qui n’aurait pas déplu à Marylin Monroe, grande adepte de la marque.

L'abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers est le berceau de la légende du champagne. Ici repose, en son chœur, Dom Pierre Pérignon, qui en fut le cellérier de 1668 à sa mort en 1715. Dès son arrivée, ce jeune intendant énergique modernise le domaine, agrandit le vignoble et perfectionne l’art de l’assemblage, assurant ainsi la pérennité de l’abbaye. Aujourd’hui propriété du groupe LVMH, l’abbaye continue d’inspirer la création des millésimes Dom Pérignon.

Les Caves

La partie la plus secrète de l’appellation Champagne se cache dans le sous-sol, notamment de la rue Saint-Nicaise à Reims. Installées dans les crayères romaines, les caves de la maison Taittinger abritent encore des vestiges de l’abbaye Saint-Nicaise. Tout au long de l’histoire, la population s’est réfugiée dans ces kilomètres de galeries.

C’est la maison Ruinart, qui la première, en 1764, a eu l’idée d’entreposer ses bouteilles de champagne dans les crayères de la butte Saint-Nicaise, à Reims, trouvant là des conditions de vieillissement idéales : une température constante de 10-11° C et un taux d’humidité de 95%.