lanson-la-revolution-green

Lanson, la Révolution Green

16 sept. 2020 • 2 mins

Changement de paradigme chez Lanson qui lance, pour la première fois, une cuvée biologique en 2018 : Green Label. Loin d’être un épiphénomène ou un argument marketing, ce champagne, issu d’un domaine pilote, ouvre une réflexion globale sur une viticulture vertueuse, applicable à long terme à tout le vignoble Lanson.

Huit ans de réflexion. Cela fait presque une décennie que le projet mûrit lentement, en gestation depuis le rachat du domaine de la Malmaison par la maison Lanson, en décembre 2010. Ces 15,82 hectares, situés sur la commune de Verneuil à l’Ouest d’Épernay, ont été le déclencheur d’une nouvelle réflexion, amorcée et conduite par Jérôme Courgey, responsable du vignoble (arrivé chez Lanson en avril 2011) et Hervé Dantan, le chef de cave.

Laboratoire expérimental, cette enclave d’une trentaine de parcelles était, jusque-là, cultivée en biodynamie par son ancien propriétaire Leclerc Briant. Remises en état, les vignes de pinot noir (48%), chardonnay (34%) et meunier - il reste 20 ares de pinot blanc - forgent cette nouvelle cuvée baptisée “Green Label“. Le premier tirage est disponible en France depuis mai 2018 ; c’est un assemblage de 50% de pinot noir, 20% de chardonnay et 30% de meunier, issu de la récolte 2013 avec 10% de vins de réserve de l’année 2012.

Labellisé à la fois Ecocert (AB), Demeter, Biosuisse mais aussi USDA Organic (le label américain), ce champagne trace une nouvelle voie pour Lanson, celle de la viticulture durable et biologique.

« C’est un départ, ce n’est pas un aboutissement » insiste Hervé Dantan. « Il faut changer nos habitudes de production, on ne peut pas rester avec nos vieilles pratiques ». C’est aussi un pari sur l’avenir, un engagement de toute la maison renchérit Philippe Baijot, son président directeur général, qui laisse carte blanche à ses équipes et n’hésite pas à leur en donner les moyens (le coût de production du raisin revient à 12 euros le kilo…).

Très engagé dans cette révolution culturale et culturelle, Jérôme Courgey nourrit de grandes ambitions. Il souhaite amener progressivement le vignoble Lanson, y compris ses approvisionnements (soit environ 500 hectares), vers une culture “naturelle“. “Zéro herbicide, zéro travail du sol“. Dans le respect des équilibres, de la plante, du vivant, en réintroduisant une biodiversité aujourd’hui oubliée. Un changement majeur dont ce Green Label est le premier opus.