le-champagne-un-vin-de-repas

Le Champagne, un vin de repas

3 juin 2021 • 3 mins

Régulièrement synonyme de fête, sabrer pour célébrer une victoire ou un anniversaire, le champagne est un vin de repas avec cependant des règles à respecter.

Aussi loin que je m’en souvienne le champagne a toujours été une boisson associée à la fête, le rire et la convivialité. En grandissant, l’histoire se répète, chaque bouchon qui saute vient récompenser un baccalauréat ou l’entrée dans une école prestigieuse. C’est en découvrant le faste des restaurants étoilés que la possibilité de boire le champagne au cours d’un repas prend forme.

De Château Thierry, en passant par Reims pour finir dans la Côte des Bar, l’ensemble des vignerons s’unit d’une même voix pour clamer que le champagne est avant tout un vin !

Avant qu’une seconde fermentation ait lieu pour amener la bulle qui lui procure son caractère unique, le champagne est un vin tranquille issu d’un lieu-dit précis. Si vous avez la chance de vous rendre directement chez le producteur du champagne que vous avez l’habitude d’ouvrir avec vos proches, demandez-lui de déguster les vins clairs.

J’ai le souvenir précis d’une dégustation potron-minet chez Frédéric Savart, vinificateur de talent situé à Ecueil (51). Avant de me rendre dans ses vignes, il a pris le soin de me faire goûter ses vins blancs encore en fûts. Quelle émotion ! Dès que le vin pénètre au sein de votre palais la magie opère. Vous oubliez que vous êtes en train de déguster un futur champagne. A l’aveugle, on pourrait se croire à Puligny ou à Chassagne.

Le champagne est un vin tranquille, et la bulle lui profère un supplément d’âme unique.

Philippe Jamesse, Chef Sommelier emblématique des Crayères pendant 18 ans raconte : « La bulle a besoin d’espace pour s’exprimer. Elle doit rester fine et tonique » insiste le sommelier.

Concernant le service, moment clef dans l’appréciation d’un champagne les désillusions sont nombreuses. Le nombre de bars et restaurants qui traitent ce vin de gastronomie avec mépris reste important. Un vin servi glacé, dans une flûte étriquée peut entacher une soirée qui avait pourtant bien commencée.

Philippe Jamesse milite depuis des années pour que les mentalités changent : « Le champagne mérite d’être servi dans des grands verres. Un buvant sphérique, une forme arrondie pour suivre le cheminement de l’effervescence. Pour qu’un champagne s’accorde parfaitement avec le met proposé, il est nécessaire d’adapter également sa température de service. Pour des jeunes chardonnays, une température de 8 degrés préserve l’aspect rafraichissant, pour un plat chaud une température de 14 degrés sublime le travail du Chef. »

Malgré des efforts considérables qu’il faut poursuivre, le travail pédagogique autour du Champagne s’annonce long et passionnant.