retour-vers-l-annee-2012-avec-champagne-henriot

Retour vers l’année 2012 avec Champagne Henriot

2 nov. 2021 • 3 mins
user_profile_image_3
Brand & Content manager

Cette fin octobre marque le lancement du Millésime 2012 de la Maison Henriot et, c’est aux Aulnois à Pierry, que nous avons pu plonger au cœur de ce millésime. Suivez-nous pour revivre cette expérience en totale immersion !

Tout d’abord, parlons vin.
Henriot 2012 est un assemblage de vins issus de Premiers et Grands Crus, situés sur les deux secteurs historiques du vignoble de la Maison : celui de la Montagne de Reims, avec les crus de Mailly-Champagne, Verzy, Trépail et Avenay, ainsi que celui de la Côte des Blancs, avec les crus de Chouilly et d'Avize. Le Chardonnay représente 54% de l’assemblage et le Pinot Noir 46%.

Il faut rappeler que la signature de Champagne Henriot, c’est celle des grands terroirs de la Champagne et c’est l’importance du temps, le savoir-faire de l’assemblage des crus et des vins de réserve.

Mais voyons cela de plus près.

Ce jour-là, la découverte du millésime se fait par une expérience sensorielle dans le noir. Le but est de recréer le contexte climatique et aromatique de 2012. Nos sens sont alors mis à contribution ! L’ouïe, la vue, le goût et l’odorat sont sollicités pour une immersion totale.

On plonge donc au cœur de 2012 autour de trois temps forts climatiques de cette année-là, dont chacun est accompagné de bouchées soigneusement préparées par le Chef Benjamin Gilles (et c’est très très bon !).

Premier épisode : entre froid et humidité 

La neige, le gel, la grêle et les pluies diluviennes s’abattent tout au long du premier semestre de l’année 2012. Les intempéries sont rudes et l’atmosphère est sensible. On entend successivement le bruit de la pluie, de la grêle et du vent tout en y associant les images… Avec une bouchée d’huitres de Normandie accompagnées de salicornes, on peut vous dire qu’il fait frisquet ! Cela fait ressortir le côté aérien, minéral, salin et iodé de ce millésime.

Deuxième épisode : sous la chaleur extrême

On passe du bleu au rouge, la chaleur et la canicule s’installent sur la période estivale. Le bilan hydrique est faible, l’échaudage sur les grappes est largement présent… et l’inquiétude se fait ressentir. On sent tout de suite que l’atmosphère se réchauffe, même un peu trop !
Pour accompagner cette saison, le Chef a concocté un jaune d’œuf marbré à la sauce soja avec sa purée de potimarron et son jus relevé à l’épice de ras el hanout. Cet accord révèle la puissance, la générosité et la rondeur de ce millésime 2012.

Troisième épisode : la réconciliation de l’année et de son climat

On est le 20 septembre 2012, et enfin, la nature reprend ses droits. On arrive à un retour à la normale : les températures sont de saison, la rosée du matin apporte l’humidité qu’il manquait… Les conditions sont idéales pour la fin de maturation des raisins et pour réaliser une bonne vendange. On se détend petit à petit pour aborder la suite sereinement.

Cette réconciliation se traduit dans les raisins et dans ce millésime, qui livre une réelle dynamique et une diversité aromatique pleine de contrastes, entre élégance et caractère.
Le carpaccio de Saint Jacques, son émulsion au lard fumé des Ardennes et sa tranche de parmesan, souligne ce contraste, sa fraîcheur et sa puissance.

...

Cette expérience nous emporte pleinement dans l’année 2012, et on est fan de ce genre de découverte immersive. Reproduisez ces accords chez vous, c’est le flashback assuré !