vigneron-nouvelle-generation-3-antonin-michel

Vigneron Nouvelle Génération #3 : Antonin Michel

19 nov. 2020 • 5 mins
user_profile_image_2
Digital & Sales Manager

La Champagne se rajeunit ! Depuis quelques années, on assiste à une transition générationnelle : les enfants de vignerons s’impliquent de plus en plus dans la gestion des domaines familiaux. Plus concernée par l’environnement, branchée marketing et réseaux sociaux… Place à la nouvelle génération !

C’est Antonin Michel, jeune vigneron de Moussy, qui se prête au jeu pour ce troisième épisode de la série « Vigneron Nouvelle Génération ».

Double défi

Nul doute que la vigne coule dans les veines des Michel depuis des générations. Le Champagne José Michel ? C’est eux ! Le Champagne Wirth-Michel ? C’est encore eux ! Un double défi à relever pour Antonin, qui travaille sur les deux domaines familiaux de Moussy depuis 2018.

Avec quatre grands-parents vignerons, difficile pour Antonin de passer à côté de sa vocation (qui n’en a d’ailleurs pas toujours été une). Ce n’est qu’en 2018 qu’il arrive sur le domaine Wirth-Michel, alors dirigé par sa mère, avant de travailler conjointement chez son grand-père José. « Cela prend énormément de temps de travailler sur deux domaines à la fois. J’essaie de mettre en place la même philosophie sur chaque exploitation pour créer et cultiver une belle cohérence » explique-t-il.

Cette philosophie passe avant tout par la conduite de la vigne, qui se veut respectueuse de l’environnement et la plus naturelle possible. Sur les domaines José Michel et Wirth-Michel, on privilégie les « méthodes alternatives », comme aime le dire Antonin. On favorise au maximum l’écosystème de la vigne pour que la biodiversité se régule d’elle-même, sans produits chimiques.

La Champagne commence à se sensibiliser de plus en plus aux enjeux environnementaux. Mon grand-père José avait déjà compris cela en amorçant une conduite de la vigne plus respectueuse. Aujourd’hui, nous continuons de développer cela avec beaucoup d’attention.
Antonin Michel

Si le Champagne et le monde viticole sont aujourd’hui une évidence pour Antonin, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a quelques années encore, ce vigneron aux multiples casquettes était à l’autre bout du monde.

Partir pour mieux revenir

Avant de s’installer en Champagne pour reprendre le domaine familial, Antonin intègre une école de commerce. Il s’envole ensuite pour le Mexique pendant deux ans au cours desquels il aura l’occasion de travailler en tant qu’Assistant Brand Manager chez l’importateur de Roederer. Une expérience qui lui permet de développer ses compétences commerciales et marketing et de découvrir d’autres cultures.

De retour en France, il se spécialise en commerce international des vins, à Dijon, et continue de développer sa passion. C’est en Bourgogne qu’il rencontre celui qu’il nomme son « père spirituel », Olivier Lamy, vigneron au domaine Hubert Lamy à Saint-Aubin.

Olivier est une personne que j’admire beaucoup et qui a à cœur d’aider la jeune génération. C’est lui qui m’a appris à être vigneron. Il m’a appris la rigueur et la recherche constante d’amélioration, d’expérimentation. 
Antonin Michel

Le challenge dans la peau

Antonin ne cesse désormais d’expérimenter. Et depuis son arrivée au domaine, on peut dire que cela lui a plutôt bien réussi !

L’année dernière, j’ai eu envie de réaliser un test sur une cuvée que nous produisons depuis 2010 chez José Michel, le Clos Saint Jean. J’avais envie de savoir comment pouvait se comporter ce vin, issu d’une seule parcelle et d’une seule presse, si l’on changeait son processus de fermentation et d’élevage. Nous avons donc réalisé trois essais : le premier avec une fermentation en cuve et un élevage en fût (comme nous le faisons d’habitude), le second avec fermentation et élevage en fût neuf, et le troisième en vieux fût. Eh bien, c’était une bonne idée, puisque nous avons opté pour la troisième option ! Comme quoi, il faut toujours expérimenter pour évoluer. 
Antonin Michel

Pour Antonin, il reste encore de nombreux challenges à relever pour atteindre les ambitions qu’il s’est fixé. Du côté de Wirth-Michel, il souhaite développer l’export - comme son grand-père l’avait déjà fait grâce, entre autres, au club Trésors de Champagne pour le domaine José Michel. Au sujet de ce dernier, il veut continuer à cultiver un état d’esprit proche de la nature et respectueux de l’environnement. Et qui sait… Passer en bio un jour ?

Ce qui est certain, c’est qu’Antonin continuera d’appliquer cette philosophie ambitieuse et minutieuse sur les deux domaines. Sans aucun doute une histoire à suivre !

Profiter de la vie

On ressent chez Antonin une forte envie d’apprécier chaque moment. Au cours d’un entretien un peu plus intimiste, il nous parle de ces passions et son envie de profiter de la vie.

Quel grapper es-tu ?

Épicurien ! J’aime les bonnes choses de la vie, faire plaisir et me faire plaisir.

Quelles cuvées José Michel recommanderais-tu ?

J’aime beaucoup le Pinot Meunier et le Blanc de Blancs, deux cuvées qui font partie de la gamme classique. Ce sont des mono-cépages à la fois singuliers, très faciles à boire et à apprécier.

Et chez Wirth-Michel ?

Les Meuniers de Raoul… Une cuvée un peu plus haut de gamme, avec une histoire et une forte identité. Ces meuniers sont issus de très vieilles vignes, plantées par mon arrière-grand-père Raoul.

Y a-t-il un Chef avec qui tu aimerais travailler ?

Arnaud Lallement, de l’Assiette Champenoise. C’est un véritable ambassadeur des vins de Champagne, très attaché à la région et à ses produits. C’est important d’avoir quelqu’un comme ça, à la réputation internationale, pour promouvoir notre artisanat.

C’est maintenant à moi de faire des vins qui peuvent lui plaire, éveiller sa curiosité et lui donner envie de les gouter. Challenge accepted !

Pour toi, que représente un moment Champagne ?

Un moment Champagne est d’abord un moment où l’on se sent bien. Le vin est parfois fait pour être gardé, mais je pense qu’il est surtout fait pour être partagé. La vie est courte, il faut en profiter à fond, et ces instants de partage sont précieux.

En dehors du Champagne, qu’est-ce qui te passionne ?

Le foot ! J’ai toujours aimé le sport, et particulièrement le foot. Je supporte le Stade de Reims et l’Olympique de Marseille depuis toujours.

Où peut-on te rencontrer ?

Au domaine bien sûr ! Et sinon, on me croisera facilement au Bistrot de la Gare, à Prunay ou au Wine Bar, à Reims.

La nouvelle génération de vignerons fait définitivement souffler un vent de fraîcheur sur la Champagne. Une génération pleine d’idées et de ressources, toujours prête à innover et à se challenger. En somme, une génération à suivre…